Année jubilaire du Saint Calice

Valencia célèbre l'année jubilaire du Saint Calice

Parfois, de grands trésors sont conservés là où on s'y attend le moins. La chapelle du Saint Calice de la Cathédrale de Valencia est l'un de ces lieux. Depuis 1916, elle expose la coupe qui a généré le plus de légendes, d'œuvres artistiques et littéraires ; et l'une des reliques les plus admirées et acclamées par l'Église Catholique : le Saint Graal, gardé depuis 1437 dans le reconditorium de la Cathédrale de Valencia. Jusqu'à son arrivée au Palais Royal de Valencia en 1424 par le roi Alphonse le Magnanime, la pièce vénérée avait changé de mains et de résidence au cours des siècles sur ce qui est une route de pèlerinage intéressante.

Les données archéologiques, documentaires et historiques sur le voyage effectué par cette relique jusqu'à la Cathédrale de Valencia indiquent qu'il s'agit du verre utilisé par Jésus-Christ lors de la dernière Cène. Les papes Jean-Paul II et Benoît XVI ont officié des messes avec le Saint Calice de la cathédrale lors de leurs visites respectives à Valencia en 1982 et 2006.

En 2015, le pape François a accordé à Valencia la célébration de l'Année Sainte Jubilaire, qui sera répétée tous les cinq ans dans la ville de Turia, faisant d'elle l'une des villes saintes du monde. Le dernier jeudi d'octobre 2020 débutera la deuxième année jubilaire du Saint Calice et Valencia accueillera dans sa cathédrale tous les pèlerins qui souhaitent obtenir l'indulgence plénière.

 

 

 

Comment le Saint Calice est arrivé à Valencia

La coupe utilisée par Jésus-Christ lors de la dernière Cène a été apportée de Jérusalem à Rome par Saint Pierre et utilisée depuis lors par lui et les papes successifs de l'Église de Rome dans les célébrations eucharistiques jusqu'en 258, lorsque le pape Sixte II a chargé son diacre Saint Laurent de sortir la coupe de Rome pour la protéger de la persécution de l'empereur Valérien.

Saint Laurent a apporté la relique à Huesca, où ses parents vivaient. Le calice a fini par être caché dans le monastère de San Juan de la Peña et en 1399, il a été donné par les moines du monastère au roi Martin Ier d'Aragon, dont on conserve trois lettres réclamant avec insistance la relique. Une fois dans ses mains, Martin Ier a apporté le graal à la chapelle de sa résidence à Saragosse, le Palacio de la Alfajería. Et un autre roi, Alphonse le Magnanime, a déplacé le Saint Calice en 1424 au Palais Royal de Valencia, sa résidence à l'époque.

La conquête du royaume de Naples obligea le roi Magnanime à entreprendre de coûteuses campagnes militaires pour lesquelles il avait besoin d'emprunts, dont un contracté auprès de la hiérarchie de l'église. Le roi l'a soutenu avec toutes ses reliques, y compris le Saint Calice, qu'il a dû remettre en 1437 pour effacer sa dette envers l'église. Il a été conservé et vénéré pendant des siècles parmi les reliques de la Cathédrale, et jusqu'au XVIIIe siècle il a été utilisé pour contenir la forme consacrée dans le "monument" du Jeudi Saint, jusqu'à ce qu'il soit finalement installé dans l'ancienne salle capitulaire, habilitée comme chapelle du Saint Calice en 1916.

 

 

Ce que vous pouvez voir dans la Chapelle du Saint Calice

Entrez par la Puerta de los Hierros de la cathédrale et dirigez-vous vers la première chapelle sur votre droite. Malgré contenir un tel joyau, la chapelle du Saint Calice est une pièce sans grand luxe ni stridence, entourée d'un silence serein. Derrière l'autel, vous pouvez contempler, dans une urne en verre, cette pièce mystérieuse d'une valeur incalculable pour tout ce qu'elle représente et les mythes et légendes qu'elle a généré au cours de l'Histoire.

Prenez place sur l'un des bancs de la chapelle et arrêtez-vous pour contempler les détails. Juste devant, en embrassant le Saint Calice, vous verrez un impressionnant retable en albâtre réalisé par l'italien Giuliano Poggibonsi, disciple de Lorenzo Ghiberti, auteur des Portes du Paradis dans le baptistère de Florence. Il s'agit de l'ancienne porte du chœur de la Cathédrale, datant du XVe siècle, avec douze reliefs de scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament.

Si vous levez les yeux, vous découvrirez la voûte nervurée en forme d'étoile. Dans ses clés de voûte se trouvent les douze Apôtres et dans la clé de voûte centrale, la scène du couronnement de la Vierge dans le ciel après l'Assomption.

Sur votre gauche, ces énormes chaînes accrochées au mur, sont celles qui fermaient le port de Marseille et qu'Alphonse V le Magnanime a apporté avec lui en 1423 après son passage dans la cité provençale. Sur les 226 maillons, la toile "Expulsión de los moriscos" (Expulsion des morisques) de l'artiste Vicente López.  Et de l'autre côté, la fresque de l´Adoración de los Reyes (Adoration des Rois) peinte par Nicolás Florentino.

 

 

Mais la relique, à quoi ressemble-t-elle ?

Le Saint Calice est dans une urne en verre, vous ne pourrez donc pas contempler ses petits détails. Mais vous ne manquerez rien, car nous vous en parlons ici.

La coupe qui est conservée dans la chapelle du Saint Calice de la Cathédrale de Valencia se compose de trois parties différenciées. La relique elle-même est le gobelet en agate polie qui se trouve au sommet. Grâce aux études archéologiques menées par le chercheur Antonio Beltrán, nous savons que la coupe remonte à la période comprise entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle après J.-C., et qu'elle a été sculptée dans un atelier oriental en Égypte, en Syrie ou en Palestine. Les recherches montrent que le pied est un vase égyptien ou califal du Xe ou XIe siècle, ajouté à la coupe vers le XIIe siècle, afin d’estimer son importance exceptionnelle. Et que les perles et les pierres précieuses qui l'ornent sont ultérieures et ont pu être superposées lorsque le Saint Calice était vénéré à San Juan de la Peña.

 

 

Les traces du Saint Graal à Valencia

Jusqu'à ce qu'il atteigne la Cathédrale, le Saint Graal a voyagé ou laissé des traces dans certains endroits de la ville que vous pouvez visiter aujourd'hui.

 

1. Jardines del Real (Jardins du Palais Royal). C'est là que se trouvait le Palais Royal, résidence du roi Alphonse le Magnanime, qui a apporté le Saint Graal à Valencia pour la première fois et l'y a conservé pendant un certain temps.

2. Musée des beaux-arts de Valencia. C'est la deuxième galerie d'art en Espagne après le musée du Prado à Madrid. On peut y contempler trois œuvres dans lesquelles le Saint Calice de la Cathédrale est reproduit : deux exemplaires du Sauveur Eucharistique de Joan de Joanes du XVIe siècle et la Sainte Cène d'un autre peintre valencien, Joan Ribalta. Le musée possède également deux dessins qui ne sont pas exposés au public pour des raisons de conservation : La dernière Cène de Joan de Joanes, et l'Institution de l'Eucharistie, de Francisco Ribalta.

3. L'église et le Palais du Temple. Il y avait une des anciennes portes d'entrée de la ville, par laquelle a passé le Graal, en direction de la Cathédrale de Valencia en 1437.

4. Le Musée El Patriarca. Regardez les scènes en relief sur la façade consacrées au Saint Graal et contemplez à l'intérieur du musée le tableau "La dernière Cène" de Francisco Ribalta. Profitez de l'occasion pour voir les peintures de Caravaggio, El Greco, Van Der Weyden, Benlliure, Ribalta ou Pinazo qui sont également exposées dans le musée, ainsi que le manuscrit original de l'œuvre posthume de Sir Thomas More.

5. Église de San Martín Obispo et San Antonio Abad, avec une fresque de José Vergara dédiée à la dernière Cène, où l'on peut voir une reproduction du Saint Calice dans la Cathédrale de Valencia.

6. Musée du Corpus Christi. Il abrite les chars triomphaux ou les interludes qui participent à la célébration du Corpus Christi. Ces chars, qui étaient connus sous le nom de "rocas", ont donné le nom à ce musée unique du Corpus Christi, plus connu sous le nom de "Casa de las Rocas". L'un d'eux est dédié au Saint Graal. Il a défilé pour la première fois dans la procession en 2001.

7. Calle Avellanas, 3. Maison de Sabina Suey, où le Saint Graal a été caché pendant certains jours de la Guerre Civile espagnole.

8. Cathédrale de Valencia. Contemplez l'huile sur bois du XVIe siècle de Juan de Juanes "La dernière Cène" au premier étage du Musée de la Cathédrale et profitez de l'occasion pour voir d'autres œuvres de l'un des plus importants peintres de la Renaissance espagnole. Rencontrez d'autres des reliques qui ont appartenu à Alphonse le Magnanime, comme les épines de la couronne du Christ et deux morceaux de la croix. Découvrez également les sculptures originales de la Porte des Apôtres de la cathédrale, les reliquaires, les fac-similés, les sculptures sur bois du XVe siècle et les œuvres d'autres maîtres valenciens, comme Vicente Masip. Visitez les trésors de la cathédrale de Valencia et terminez votre parcours, car il ne pourrait en être autrement, dans la Chapelle du Saint Graal.

Vous pouvez en savoir plus sur le Saint Graal et le patrimoine artistique de certains temples de la ville, comme l'église de San Nicolás ou l'église de San Juan del Hospital, lors de la visite guidée Ruta del Grial y arte religioso’ (Route du Graal et de l'art religieux) qui part tous les vendredis à 10 heures de l'office du tourisme de la Calle de la Paz, 48.

 

La Route du Graal, un itinéraire de culture, de paysage et de nature

Au-delà du sens spirituel que peut impliquer la route du Graal, le chemin parcouru par cette relique est aussi un itinéraire très attrayant pour découvrir le patrimoine, le paysage et la nature du voyage qu'a fait la coupe la plus vénérée du monde.

Bien que l'itinéraire peut commencer à San Juan de la Peña, à Huesca, nous allons nous concentrer sur 10 des municipalités valenciennes par lesquelles passe l'itinéraire. Il peut se faire confortablement à pied en 17 étapes de 12 kilomètres chacune, en traversant deux parcs naturels, en passant par des vestiges romains et médiévaux, en participant à des festivals pleins de tradition et en profitant d'une gastronomie locale du kilomètre zéro.

Ainsi, la Route du Graal dans la Communauté Valencienne passe par Barracas, Jérica, Segorbe, Torres-Torres, Gilet, Sagunto, El Puig, Massamagrell, Alboraya et Valencia. Le début et la fin du parcours sont marqués par deux sculptures de l'artiste Antonio Peris Carbonell en acier Corten.

L'itinéraire permet de découvrir l'"Entrada de Toros y Caballos" (Entrée des taureaux et des chevaux) de Segorbe, une fête qui remonte au XIVe siècle et qui a été déclarée d'intérêt touristique international. Vous pouvez également profiter de l'expérience de dormir dans le monastère de Santo Espíritu de Gilet, fondé en 1403, au cœur de la Sierra Calderona. Vous pouvez ressentir la grandeur de la civilisation romaine dans le Théâtre de Sagunto, construit en 50 après J.-C., et dans son imposant château-forteresse, déclaré Monument national en 1931. Vous pouvez également remonter le temps jusqu'à l'époque médiévale en visitant le monastère de Santa María del Puig ou la Cartuja Ara Christi.

Ne manquez pas de visiter l'église de Massamagrell, connue comme la Cathédrale de l'Horta Nord, et le Couvent des Capucins, du XVe siècle, qui abrite une bibliothèque avec de nombreux incunables. 

Activez votre corps et votre esprit en parcourant les sentiers des deux parcs naturels que vous trouverez sur le chemin : la Sierra Calderona et la Sierra de Espadán. Reprenez des forces grâce à la gastronomie variée de ces deux chaînes de montagnes et arrêtez-vous à la Cooperativa de Viver pour déguster ou rapporter chez vous l'une des meilleures huiles d'olive vierge extra d'Espagne.

Il y a une infinité de monuments, de visites guidées et de paysages sur cet itinéraire. Découvrez-les tous ici

 

 

6 curiosités à connaître sur le Saint Calice

1. Le calice a survécu à une chute accidentelle le vendredi saint de 1744 et est sorti indemne de la Guerre d'indépendance, en le déplaçant de Valencia à Alicante, Ibiza et Palma de Majorque. Il a également été sauvé de la profanation de la Cathédrale pendant la Guerre Civile, grâce à une famille qui l'a d'abord gardé caché dans une maison de la Calle Avellanas de Valencia, puis à Carlet jusqu'à la fin de la guerre.

2. Le Saint Calice ne quitte sa chapelle que deux fois par an pour être déplacé en procession au maître-autel de la cathédrale. La première a lieu le Jeudi Saint, pour la messe "In coena Domini" ; la seconde est le dernier jeudi d'octobre, pour la célébration de la messe annuelle de la fête du Calice.

3. Mais si vous n'avez pas l'occasion de le voir en direct lors de ces deux moments, rendez-vous au Centre d'artisanat de la Communauté Valencienne pour voir de près la réplique du Saint Graal réalisée par les experts orfèvres Piro.

4.  Seulement sept endroits dans le monde célèbrent une année jubilaire à perpétuité : Valencia, Saint-Jacques de Compostelle, Camaleño (Cantabrie), Urda (Tolède), Caravaca de la Cruz (Murcie), Rome et Jérusalem.

5. Comment sonne le Saint Graal ? Vous pouvez le découvrir sur l'album El Grial du groupe Capella de Ministrers, spécialisé dans la musique ancienne. C'est une compilation de chants de croisades, de chants de centres de pèlerinage, le reflet de la littérature médiévale dans la musique et le symbolisme emblématique qu'elle a acquise avec Alphonse le Magnanime. Capella de Ministrers compile dans ce disque la musique et la poésie du Moyen Âge autour de Chrétien de Troyes, Robert de Boron, Wolfram von Eschenbach et Hélinand de Froidmont.

6. Notre calice donne également son nom à un chapeau. Il s'agit du modèle Grial disponible dans les locaux de Sombreros Albero au 21, rue Xàtiva ou dans leur boutique en ligne. Il est inspiré du chapeau Fedora porté par Indiana Jones lors de sa dernière croisade.